Optrium – Patrice Gaillard & Claude

Du 16 mai au 13 juillet 2007



Patrice Gaillard et Claude réalisent des compositions de formes et de techniques variées, des sculptures à l’apparence hybride. Usant de formes connues qu’ils distordent jusqu’à l’abstraction, ils conservent quelques éléments identifiables tels une cravate, un verre à whisky ou des verres de lunettes… Des objets qui, comme greffés, semblent constituer des repères et donnent à ces sculptures à l’esthétique pop une suggestion d’utilité – que l’on peut toujours chercher – et un aspect faussement décoratif. Sur un principe de nivellement de références, ces œuvres se situent d’elles-mêmes par rapport à l’histoire de l’art et dans une recherche de formes contemporaines de l’ordre du design, voire de l’ergonomie visuelle.

Jouant sur une impression de familiarité, tout en constituant une certaine anticipation de formes et d’assemblages, les sculptures les plus récentes de Patrice Gaillard et Claude développent une ambiance commune, comme un scripte lisible à travers un aspect stylé et des titres qui dialoguent entre eux : Havane Arithmétique (2005), Bingo Bar Glossary, Symposium à Copenhague, Local whisky bar union (2006)… Si les formes utilisées donnent un indice – même tronqué – de temps, leurs titres donnent des indications géographiques et tracent rapidement des scènes de sociabilité proches du cliché. Plus bavards que les œuvres qu’ils nomment, ils ajoutent une dimension fictionnelle et créent un récit en pointillés.

Pour leur deuxième exposition monographique à 40mcube, Patrice Gaillard et Claude investissent un nouvel espace d’exposition temporaire proche du Château nommé ZAC 40mcube (Zone d’Aménagement Concerté, Zone d’Art Contemporain, etc.). Dans la continuité de deux œuvres précédentes, Tokyo Grand Design (2004), chaîne HIFI agrandie qui conservait sa fonction de média, et Shrink and Stretch (2004), forme murale entre sculpture et support de communication, ils étendent leur travail de sculpture à l’espace. Abordant la question de l’exposition, ils intègrent à l’œuvre son propre système de présentation et réalisent un praticable, une mosaïque contemporaine en béton (sans pour autant qu’il n’y ait de répétition dans les motifs) aux formes géométriques, nerveuses et aiguës. Ce praticable investit la totalité du sol, fait le lien entre l’architecture brute du lieu et les objets qui y sont présentés, des sculptures socles, supports de verres de lunettes géants posés comme des vasques précieuses. Optrium – condensé des termes «optique» et «atrium» – appelle à une déambulation qui multiplie les points de vue. L’installation semble s’assouplir au fur et à mesure qu’on la pratique, crée une atmosphère et une situation singulière, l’expérience d’un espace proche de l’instabilité.

Production : 40mcube, 2007.

Télécharger le dossier de presse



Patrice Gaillard and Claude design hybrid-looking compositions with various techniques and forms. Using familiar shapes that they distort and render abstract, they maintain a few identifiable elements such as a tie, a whiskey glass, or eyeglass pieces… Objects which, when grafted to the other unrelated elements, stand out and remind the spectator of an object or brand in their day-to-day lives. This also serves to give the pop-art like sculptures a utility that one can always look for, as well as a false semblance of decorativeness.

The most recent sculptures of Patrice Gaillard & Claude play off an impression of familiarity yet leave us anticipating the completion of the shapes and structures. These sculptures create a communal feeling, like a script read from forms and playful dialogical titles: Havane Arithmétique (2005), Bongo Bar Glossary, Symposium à Copenhague, Local whiskey bar union (2006)… While the forms used give a hint—even truncated—at the time period, their titles give geographic clues which make us think of social scenes close to cliché. More talkative than the works they name, these titles add a fictional dimension and create an unfinished story.

For the second monographic exhibit at 40mcube, Patrice Gaillard & Claude invest in a new exhibit space near the Castle called ZAC 40mcube (Contemporary Art Zone). In the same vein as their two previous works, Tokyo Grand Design (2004), an enlarged home cinema which retained its purpose as a form of media, and Shrink and Stretch (2004), a wall form somewhere between a sculpture and a means of communication, they enlarge their vision of sculpture into empty space. They also address the question of exhibit space and integrate into the work its own system of presentation while designing a contemporary concrete mosaïc of nervous, acute, unrepetitive geometric patterns. This mosaïc covers the entirety of the floor and relates the brute architecture to the objects and sculpture bases which hold up giant eyeglasses layes out like valuable basins. Optrium—a condensed version of the words “optic” and “atrium”—makes it necessary to ambulate among the sculptures to see it from different points of view. The installation seems to soften as one walks through, creating a unique situation and atmosphere; the experience of a fragile space.