La chaise à porteurs – Régis Ogor

Du 11 mai au 9 juin 2001.




L’exposition de Régis Ogor à 40mcube est un travail en cours sur l’espace urbain dont la première matérialisation est une chaise à porteurs contemporaine. Elle se déroule en trois phases, la première étant la mise en pratique.

Le visiteur comme le passant peut essayer un instant ce mode de déplacement le jour du vernissage sur la dalle du colombier. L’idée n’est pas de remettre en circulation des chaises à porteurs à Rennes mais bien d’expérimenter ce mode de transport révolu et ambigu pour nous, qui instaure d’une part, entre porteurs et porté, des relations hiérarchiques très fortes, et donne d’autre part l’effet d’un manège de fête foraine. Par cette transposition à la fois d’époque et de culture, cet anachronisme, Régis Ogor souhaite inviter l’utilisateur ou le passant à réfléchir sur ses propres moyens de déplacement, mais aussi donner une nouvelle vie, créer une nouvelle histoire à cet objet.

La seconde étape de cette chaise à porteurs est le centre commercial Colombia où elle est exposée du 14 au 19 mai, telle une voiture en démonstration. Une façon de questionner l’organisation et le fonctionnement de la ville – dont la galerie commerçante est emblématique.

Enfin elle rejoint l’exposition qui l’accompagne à 40mcube jusqu’au 9 juin 2001. Cette dernière est composée de divers éléments : une vidéo, un « Range-documents » en tissu dont les découpes s’inspirent de formes architecturales d’institutions communes à toutes les villes, ainsi que des cendriers, supports d’images et de sons. Destinés à l’espace urbain, ils sont comme la chaise, à la fois objet en soi et étape de recherche.

Ainsi, par ses productions et leurs lieux d’apparition et modes de présentation, Régis Ogor joue sans cesse sur la crédibilité de l’aspect utilitaire, de la forme bien travaillée, alors que ses objets ont une utilisation partielle, voire utopique. Oscillant entre la sculpture et le design, il travaille en quelque sorte le prototype, étape intermédiaire qui permet à la fois imagination et expérimentation.

En parallèle, Régis Ogor a travaillé en collaboration avec Bruno Trottier, cuisinier, à l’élaboration d’une recette que vous pouvez déguster à l’Art Ty Chaud, 7 rue Rallier du Baty (prison Saint-Michel).

Exposition à 40mcube et au centre commercial Colombia (place Brocéliande), 40 place du Colombier – 35000 Rennes.

Avec le partenariat du centre commercial Colombia, remerciements à Patrice Bernard, Frédéric Coquet, Jocelyn Cottencin, Samuel Lecuyer, Françoise Daniel, Antoine Garandeau, Madame Hingant, Guy Le Berre, Alain Le Duc, Anne Le Mée, Bernard Leroy, Guy Le Run, Norbert Mainpin, Pascal Moreul, Géraud Nichet, Yannick Ogor, Béatrice Olivier, Franck Ollivry, Sébastien Riallot, Christian Sizorn, Yann Tesson, Bruno Trottier et Sophie Perrin, Christian Vaillat, Bouyaka Lezin Rancy (le chanteur), l’atelier du Bon Accueil.

For Régis Ogor’s exhibit at 40mcube, the first ongoing public installation is a contemporary sedan chair. The exhibit occurs in three steps, the first being the use of the chair.

The passerby as well as the visitor may try out the chair on the day of the opening on the Dalle du Colombier where it will be exhibited. The idea is not that sedan chair should be brought back in Rennes but to test a type of revolutionary transportation for everybody. The chair gives the effect of a carnival merry-go-round. By this anachronism, this transposition between periods and cultures, Régis Ogor wishes to invite the passerby to think about his own means of getting around and also give a new meaning, a new life, to this object.

The second step is at the Colombier mall where it is exhibited like in a car demonstration. This is a way to call into question the organization and function of the city, of which the mall is emblematic.

Finally this exhibit joins up with the exhibit at 40mcube. The 40mcube exhibit is comprised of several different elements such as video, ashtrays, different media for image and sound as well as “files” that contain different cloth cut up into shapes inpired by architecture common to every town.

Régis Ogor plays off the credibility of useful objects even though his own objects are only slightly useful, or even utopian. Oscillating between sculpture and design, his art allows him to work with prototypes, the intermediary step that leaves room for both experimentation and imagination.

Régis Ogor also workes with Bruno Trottier, a cook, on the creation of a recipe that can be tasted at Art Ty Chaud, 7 rue Rallier du Baty.