Julien Berthier, Monstre, 2010

Julien Berthier, Monstre, 2010, bronze patiné, 155 × 150 × 130 cm. Production 40mcube / Galerie Vallois / Julien Berthier, avec le soutien de la Ville de Paris, département de l’art dans la ville. Courtesy galerie Vallois. Photo : Cyrille Guitard.

Julien Berthier, Monstre, 2010, bronze patiné, 155 × 150 × 130 cm. Production 40mcube / Galerie Vallois / Julien Berthier, avec le soutien de la Ville de Paris, département de l’art dans la ville. Courtesy galerie Vallois. Photo : Cyrille Guitard.

« Monstre » est le nom que l’on donne aux amas d’objets (souvent des meubles désassemblés) jetés sur la voie publique dans l’attente d’un ramassage ponctuel. Pour Julien Berthier, ce geste d’assemblage arbitraire et anonyme de plans et de volumes forme une sculpture publique temporaire. Son projet Monstre consiste à récupérer en l’état l’un de ces assemblages afin de le fondre en bronze, matériau historique et noble de la sculpture publique. Ce geste de prélèvement et de transformation, en plus de porter un regard sur la fin de vie d’objets de consommation, pose la question du geste sculptural, d’une histoire de la sculpture constructiviste et de la sculpture publique, ainsi que du rapport public/privé qui dessine la ville et son usage. Présenté par 40mcube à la biennale de Belleville en 2010, le Monstre de Julien Berthier intègre aujourd’hui le Parc de sculptures urbain.