I WANT – Pauline Boudry / Renate Lorenz

Exposition présentée dans le cadre des Ateliers de Rennes – Biennale d’art contemporain

Commissariat général : Céline Kopp et Étienne Bernard
Commissaire d’exposition associé : 40mcube

Du mercredi au samedi, 14h – 19h
Fermé les jours fériés

40mcube
48, avenue Sergent Maginot
35000 Rennes



Photos : Pauline Boudry / Renate Lorenz, I WANT, 2015, installation avec double projection HD, 16 min. Performance : Sharon Hayes. Collection Walker Art Gallery, Liverpool (UK). Exposition présentée à 40mcube, dans le cadre de À cris ouverts, 6e édition des Ateliers de Rennes – biennale d’art contemporain, 2018. Photo : Aurélien Mole. Courtesy Ellen de Bruijne Projects, Amsterdam et Marcelle Alix, Paris.

Dans le cadre des Ateliers de Rennes – biennale d’art contemporain 2018, dont le commissariat général est assuré par Étienne Bernard et Céline Koop, 40mcube présente une installation vidéo du duo d’artistes suisse Pauline Boudry & Renate Lorenz.

Dans leur texte d’intention pour cette édition des Ateliers de Rennes, les commissaires Étienne Bernard et Céline Kopp « souhaitent mettre en lumière une pluralité de pratiques artistiques qui opèrent dans les fissures des systèmes régissant nos sociétés contemporaines. La biennale sera ainsi l’aboutissement d’un dialogue rassemblant une trentaine d’artistes de dimension internationale, de générations et d’origines diverses, dont les œuvres façonnent d’autres manières d’habiter le monde et d’imaginer l’être collectif » (1).

Dans le cadre de ce projet et de ces intentions, 40mcube a choisi de présenter le travail de Pauline Boudry & Renate Lorenz, et plus particulièrement l’installation I Want, pour sa capacité à mobiliser les questions de genre et d’identité de manière inédite, en croisant les références et en jouant sur une étrangeté que Renate Lorenz développe sous le terme de freak dans son ouvrage théorique Art Queer : une théorie Freak (2).

« Travaillant en duo depuis 2007, Pauline Boudry et Renate Lorenz proposent des installations cinématographiques revisitant des documents du passé, photos, partitions ou films en général, puisant dans l’histoire des moments queer effacés ou illisibles. Ces travaux présentent des corps qui sont en mesure de traverser et de tisser des liens entre les époques, laissant présager ainsi la possibilité d’un futur queer » (3).

I want est une installation comprenant une double projection vidéo. Une personne sur une scène s’adresse à nous, à la manière d’un one man·woman show. Le texte qu’il·elle énonce est une combinaison des poèmes punk de Kathy Acker ainsi que de chats et de déclarations du lanceur d’alerte Bradley Manning, analyste de l’armée américaine ayant révélé en 2010 des documents secrets sur les guerres d’Afghanistan et d’Irak. Condamné à 35 ans de prison, il entame les démarches pour changer de sexe et devient Chelsea Manning, qui sera graciée en 2017 par Barack Obama, décision sur laquelle Donald Trump a tenté de revenir récemment…

Le texte joué par la performeuse Sharon Hayes mêle ainsi deux sources, reproduisant le mode d’écriture de la poétesse américaine Kathy Acker, que l’on peut considérer comme étant de l’ordre du hacking. Cette appropriation permet une relecture des faits, la révélation de documents militaires sensibles comme l’exposition de l’identité transgenre constituant une forte résistance et une transgression de l’État. Les deux vidéoprojections, presque identiques et présentées côte à côte, confortent l’idée d’un dédoublement tout en englobant le spectateur qui se retrouve de manière frontale, face à la scène et au personnage, dans une relation de proximité troublante. Une manière de nous interpeller sur les normes établies…

(1) Extrait du communiqué des Ateliers de Rennes – Biennale d’art contemporain, Rennes, 2018.
(2) Renate Lorenz, Art Queer : une théorie Freak, éditions B42, collection culture, 2018.
(3) Présentation dans le cadre de l’entretien avec Pauline Boudry & Renate Lorenz, Biennale de l’Image en Mouvement, Centre d’art contemporain Genève, 2016.

Anne Langlois

Pauline Boudry / Renate Lorenz sont réprésentées par Ellen de Bruijne Projects (Amsterdam) et Marcelle Alix (Paris).
Elles représenteront la Suisse à la Biennale de Venise 2019.

Image : Pauline Boudry / Renate Lorenz, I WANT, 2015, installation avec double projection HD, 16 min. Performance: Sharon Hayes. Collection Walker Art Gallery, Liverpool (UK). Courtesy Ellen de Bruijne Projects, Amsterdam et Marcelle Alix, Paris.


As part of the Ateliers de Rennes – Biennale d’art contemporain 2018, curated by Étienne Bernard and Céline Kopp, 40mcube presents a video installation by the Swiss artists duo Pauline Boudry & Renate Lorenz.

In their statement for this edition of the Ateliers de Rennes, curators Étienne Bernard and Céline Kopp «wish to highlight a plurality of artistic practices that operate in the cracks of the systems governing our contemporary societies. The biennale will thus be the outcome of a dialogue bringing together thirty international artists, from diverse generations and different origins, whose works define other ways of inhabiting the world and imagining the collective being» (1).

Within the framework of this project and these intentions, 40mcube has chosen to present the work of Pauline Boudry & Renate Lorenz, and more particularly the video installation I Want, for its ability to mobilize gender and identity issues in a new way, by crossing references and playing on a strangeness that Renate Lorenz develops under the term «freak» in her theoretical work Art Queer: a Freak theory (2).

«Working as a duo since 2007, Pauline Boudry and Renate Lorenz offer cinematographic installations revisiting documents from the past, photos, scores or films, drawing from deleted or unreadable queer history. These works present bodies that are able to cross and weave links between eras, thus suggesting the possibility of a queer future» (3).

I want is an installation with a double video projection. A person on a stage addresses us, like a one man-woman show. The text this character states is a combination of Kathy Acker’s punk poems as well as chats and statements from whistleblower Bradley Manning, a US army analyst who revealed secret documents about the wars in Afghanistan and Iraq in 2010. Sentenced to 35 years in prison, he began the process of changing sex and became Chelsea Manning, who was pardoned in 2017 by Barack Obama, a decision that Donald Trump had recently tried to reverse…

The text played by the performer Sharon Hayes thus combines two sources, reproducing the writing style of Kathy Acker, which can be considered as hacking. This appropriation allows a re-reading of the facts, the revelation of sensitive military documents such as the exposure of transgender identity constituting a strong resistance and a transgression of the State. The two video projections, almost identical and presented side by side, reinforce the idea of a duplication while encompassing the spectator who finds himself in a frontal way, facing the scene and the character, in a disturbing close relationship. A way of questioning ourselves on the established standards…

(1) Extract from the presse release of À cris ouverts, 6th edition of the Ateliers de Rennes – Contemporary art biennal, Rennes, 2018.
(2) Renate Lorenz, Art Queer : une théorie Freak, éditions B42, collection culture, 2018.
(3) Presentation on the occasion of the interview with Pauline Boudry & Renate Lorenz, Biennale de l’Image en Mouvement, Geneva contemporary art centre, 2016.

Anne Langlois