Here’s The Spheres ;p – Antoine Dorotte

Exposition aux Champs Libres – 10 cours des Alliés, 35000 Rennes
Commissariat : 40mcube
À partir du 19 avril 2013
Vernissage le vendredi 19 avril 2013 à 18h30



Antoine Dorotte
est invité par Les Champs Libres en partenariat avec 40mcube à investir les espaces communs du bâtiment de Christian de Portzamparc. Dialoguant avec l’architecture, les deux œuvres présentées par l’artiste apportent une dose de science fiction et proposent un parcours et une démultiplication des points de vue.

Protéiforme, le travail d’Antoine Dorotte surprend constamment, suivant une logique qui lui est propre, dans une évolution toujours inattendue malgré l’utilisation récurrente de certains matériaux. Du dessin figuratif, il passe rapidement à la gravure qu’il pratique aussi bien sur papier que sur zinc pour réaliser des films d’animation et fabriquer des sculptures. Depuis son univers initial empreint de bande dessinée ou d’illustration, de polar et de jeux vidéos, il s’éloigne progressivement de toute narration pour développer une œuvre plus abstraite qui conserve cependant l’atmosphère propre à ses références.
Ses œuvres se déploient aussi bien sous la forme de sculptures d’extérieurs que d’installations à l’échelle d’un bâtiment. Depuis 2010, il réalise une série de sphères en écailles de zinc gravées qui, entre fleur de métal et objet non identifié, ont pris place sur le bord de mer à Anglet, dans le bassin du jardin des Tuileries et à 40mcube pour son exposition personnelle en 2012.

La relation à l’architecture en général et à celle de Christian de Porzamparc pour Les Champs Libres est nette, d’où l’idée de proposer à Antoine Dorotte d’y confronter ses sculptures. Ainsi, l’artiste présente dans le hall des Champs Libres Una misteriosa bola, sphère d’écailles de zinc de cinq mètres de diamètre, et une nouvelle œuvre conçue pour le lieu, Bulbulux. Cette seconde sphère perce le bâtiment-socle pour apparaître à la fois au plafond du hall et sur le toit, visible depuis les étages de la Bibliothèque. Traversée d’un discret faisceau lumineux, elle constitue un appel vers un monde imaginaire.

Petites sœurs de l’excroissance de l’Espace des sciences, ces deux sculptures créent un lien entre les volumes et les entités, multipliant ainsi les points de vue sur l’œuvre mais aussi sur l’architecture. Globale, l’intervention artistique d’Antoine Dorotte oblige à un déplacement et propose une autre lecture de l’environnement.

Antoine Dorotte est représenté par la galerie ACDC.

Ouvert du mardi au vendredi de 12h à 19h, samedi et dimanche de 14h à 19h. Nocturne le mardi jusqu’à 21h.
Fermé les lundis et jours fériés.

Télécharger le dossier de presse


Protean, Antoine Dorotte’s work constantly surprises, following his own logic, with an evolution always unpredictable despite the recurrent use of some materials. From figurative drawing, he rapidly went on to engraving on paper or zinc in order to make animated films and sculptures. With his initial universe made of comic strips, illustration, thrillers and videos games, he slowly departs from any forms of narration to develop instead a more abstract work still relying on the atmosphere shaped by his references. His artworks can be outside sculptures or installations at the scale of a building. Since 2010, he is realising a series of spheres with engraved zinc scales, between metal flower and unidentified object, which have taken place on Anglet’s seaside, in the jardin des Tuileries and at 40mcube during his personal exhibition in 2012.

The relationship with architecture in general and with Christian de Porzamparc and Les Champs Libres is clear. From this observation came the idea to ask Antoine Dorotte to confront his sculptures with this building. Thus, the artist presents in Les Champs Libres’ entrance hall Una Misteriose Bola, zinc scales sphere of 5 meters in diameter and a new piece made for this place, Bulbulux. This second sphere pierces through the main building, showing on the ceiling of the entrance hall and on the roof, visible from the different floors of the library. A discreet ray of light runs through it, making the sphere a call to an imaginary world. Little sisters of the growth of the Espace des sciences, those two sculptures create a link between volumes and entities, multiplying the perspectives on the work but also on the architecture. Antoine Dorotte’s artistic intervention, in its entirety, forces movement and offers another reading of the environment.

Press Kit