Résidences

40mcube met en place, sur invitation, deux types de résidences : des résidences de recherche et des résidences de production.

Résidence de production.

Ces résidences, d’une durée minimum d’un mois, ont lieu dans le cadre d’une exposition présentée à 40mcube. Elles permettent aux artistes invités de donner forme à leurs idées dans un cadre de production professionnel.

Résidence de recherche.

Chaque année depuis 2007, 40mcube invite un artiste et met à sa disposition un espace de travail et un atelier de fabrication. Des rencontres avec des commissaires, des galeristes ou des collectionneurs peuvent être organisées.
Plusieurs artistes ont bénéficié de ces résidences de recherche.

 

Résidence de production d’avril à juin 2017
40mcube HubHug
150, rue de Rennes – 35340 Liffré











Exposition du 14 mai au 12 juin 2016
Vernissage le vendredi 13 juin 2016 à 18h00

Commissariat : 40mcube
Production : 40mcube/EESAB/Self Signal

Exposition présentée au HubHug – 150, rue de Rennes, 35340 Liffré















DR GENERATOR

40mcube_residence_lepivertgerot_1_lowCorentine Le Pivert et Nicolas Gérot réalisent des installations composées de volumes fabriqués ou récupérés, de vidéos, de sons, d’éditions, de dessins, d’images collectées. Conçues comme des environnements à connotation domestique invitant à s’assoir, regarder et écouter, ces constructions de matériaux communs comme des palettes proposent toutefois un confort précaire. Véritables mises en scène de leur espace de travail et de création, ces espaces deviennent ponctuellement le cadre de performances musicales que les artistes réalisent sous le nom de Super Crayon.

Diplômé de l’école d’art de Quimper en 2010, Joachim Monvoisin crée des installations narratives entre bricolage et souvenirs d’enfance où maquettes, personnages et événements se déploient. 40mcube met à sa disposition un atelier durant l’année 2012-2013.






Joachim Monvoisin, La banane d’Adam, 2012, calcaire, 15 × 15 × 15 cm. Photo : DR.

Le travail d’Antoine Dorotte comprend une constante, le dessin, qui se concrétise grâce à différentes techniques et sur divers supports – gravure sur métal, film d’animation, néon… Ces dessins muraux, sculptures et gravures sont présentés dans des espaces où l’éclairage et le dispositif renforcent l’atmosphère de série B, de polar et de bande dessinée déjà présente dans les œuvres.

Antoine Dorotte, Suite d’O, 2010. Courtesy de l’artiste / galerie ACDC. Photo : Pierre Antoine – Musée d’art moderne de la ville de Paris / ARC palais de Tokyo.

Angélique Lecaille réalise des dessins et des sérigraphies des grands formats comprenant notamment des éléments issus des médias et liés à l’actualité politique. Décontextualisés et passés par le filtre du travail long et patient de la mine de plomb, les chiens de guerre, hélicoptères de combat ou explosions représentés créent des images entre information et science-fiction, tout en rappelant fortement les grands thèmes historiques de la peinture.




Angélique Lecaille, Le Déluge, Ier acte, mine de plomb, 120 × 140 cm.

Les œuvres de Samir Mougas prennent des formes variées qui communiquent entre elles comme autant d’étapes de travail : dessin préparatoire, photographies récupérées, peintures murales, sculptures, installations qui intègrent tous ces supports. Ces différents éléments s’articulent comme autant de parties d’un tout, chacune d’entre elles pouvant fonctionner seule ou accompagnées des autres.



Samir Mougas, Strategy & Tactics, 2009, dimensions variables. Production 40mcube. Courtesy galerie ACDC. Photo : Patrice Goasduff.

Delphine Lecamp réalise des sculptures s’inspirant d’objets usuels et familiers qu’elle reproduit avec un matériau unique, le métal doux. Ses œuvres, entre ready-made et objets de décor, deviennent des éléments d’une narration à inventer.






Delphine Lecamp, Naïv, 2005, métal doux. Production 40mcube. Photo : Patrice Goasduff.